Amende avec voiture en location en Tunisie : quelles sont les procédures ?

Amende avec voiture en location en Tunisie

La Tunisie est un joyau en termes de sites d’intérêt à voir entre le Carthage, l’oasis de Tozeur ou la ville sainte de Kairouan. Pour des vacances, un voyage d’affaires ou tout simplement pour visiter le pays, la location de voiture Tunisie permet de jouir d’une autonomie complète. Cela peut tout de même s’avérer compliqué surtout si l’on n’est pas du coin. Des panneaux en langue étrangère, de nouvelles routes … les risques d’infraction se multiplient. Quoi savoir sur les procédures en cas d’amende au volant d’une voiture de location en Tunisie ?

De l’infraction à l’amende

De manière générale, cette procédure est commune à plusieurs pays, dont la Tunisie. Après la constatation de l’infraction, le procès-verbal est envoyé directement à la personne au nom de qui la voiture est immatriculée. Bien évidemment, il s’agira du loueur de la voiture. Vu qu’il n’est pas responsable de la conduite de la voiture, il contactera le locataire du véhicule. D’ailleurs, il se peut à l’instant où il aura reçu les détails de la contravention, il cherche à débiter la carte de crédit du locataire. Il est nécessaire de remarquer que conducteur principal inscrit sur le contrat de location de voiture en Tunisie qui est en cause même si un conducteur additionnel y est également mentionné.. En d’autres termes, en ayant ratifié le contrat, le conducteur principal a engagé sa responsabilité pécuniaire. Il est fortement conseillé de payer les infractions le plus rapidement possible.

Les quelques recours possibles

Il peut se présenter deux cas : soit l’infraction est réprimandée en Tunisie, soit, pour le cas de touristes, le procès-verbal n’est reçu qu’une fois que l’on est de retour dans le pays d’origine. Lorsque l’on est verbalisé en Tunisie et que l’on désire contester cette amende, il est possible de le signaler à la police locale. Dans ce cas, une caution pourrait être demandée. Si, en revanche, le PV n’est reçu que dans la boîte aux lettres, la contestation peut se faire via le formulaire envoyé avec. Il est toutefois recommandé de ne pas contester cette amende si l’on n’a pas de preuves solides sous peine d’amende plus lourde ou d’emprisonnement. En cas de force majeure (attraper un vol, se rendre à l’hôpital pour accouchement …) avoir des documents pour preuve écrite pourrait aider à gagner des points sur son permis de conduire.

Bien se renseigner

Il est utile de signaler que très peu de conducteurs principaux réussissent à échapper à une amende. Et même si cela se produisait, le loueur pourrait demander des frais pour le traitement de l’amende en question. Il convient alors de bien se renseigner sur le Code de la route en Tunisie ainsi que sur les infractions passibles d’amende et d’être prudent pendant la conduite. Il faudrait par exemple savoir que les infractions dites courantes sont pénalisées de 3 à 10 dinars soit de 0,90 à 3 euros. Par ailleurs, dépasser la vitesse maximale autorisée de moins de 20 km/h, ne pas respecter la prioritaire, circuler sans feux la nuit ou avec brouillard, … sont considérés comme des infractions graves en Tunisie. Elles sont punies d’une amende variant entre 11 et 60 dinars soit de 3,44 euros à 18,79 euros. Des amendes plus lourdes s’appliquent à des infractions telles que les dépassements interdits ou la conduite en état d’ivresse.